Développer votre talent de dégustateur : Déguster, c’est quoi ?

 

Découvrez en 9 étapes les préceptes de la dégustation !

 

1) Tout d’abord, déguster n’est pas boire ! Alors fini, les culs secs… non non revenez !! Ça y est, j’vous ai perdu !!

2) Pour les assoiffés de… connaissances, poursuivons ! Le choix de votre verre aura une forte incidence sur votre perception du vin aussi je vous invite à éviter les verres plastique ou les verres moutarde… la chope de bière ? Bannissez également ! Optez plutôt pour un verre à pied forme tulipe et remplissez au 1/3. Le flairage s’en trouvera plus aisé et vous n’aurez pas à esponger les jets qui surgiront de votre verre quand vous le ferez tournoyer.

3) Blind tasting or not ? Pour progresser, rien de tel qu’une dégustation à l’AVEUGLE. Vos sens, votre mémoire et votre intérêt seront d’autant plus attisés et affûtés. Vous-même serez épaté par vos déductions !!

4) DÉGUSTER ou l’art de la CONTEMPLATION. Prendre son temps est le maître mot de la dégustation. Dans un état de béatitude, de ravissement et de félicité, vous prendrez le temps d’observer ce liquide et de vous connecter à vos sens. L’enivrement (des sens évidemment) est proche ! Pour en savoir plus, reportez-vous à l’article sur l’éloge de la lenteur.

5) Vos doigts encerclant le pied ou la jambe du verre – et aucunement le calice au risque de le contaminer -, vos mirettes sont toutes disposées à se noyer dans votre verre. Profitez-en pour identifier sa BRILLANCE, sa NUANCE COLORANTE et sa LIMPIDITÉ. Vous glanerez ainsi des informations sur son millésime et sur son processus de vinification. Lorsque l’étiquette de la bouteille sera dévoilée, vos observations se clarifieront (millésime jeune, âgé, collage, filtration…). NB : un tour sur le site du domaine pourra compléter vos appréciations.

6) Arrive ensuite l’OLFACTION… Sans oxygéner le vin, humez ses odorantes molécules qui s’en dégagent et repérez l’intensité des parfums ainsi que leur clarté. C’est à ce moment-là également que vous décèlerez une éventuelle mauvaise odeur. Vient alors le 2nd nez, pour cela faites tourner votre vin dans votre verre et humez de nouveau. Une différence ? Certes OUI !! À priori, beaucoup plus expressif. Elle est pas belle la vie ??

7) C’est au tour de votre bouche de prendre le relai. Remplissez-la d’une petite quantité de vin et aspirez un filet d’air via vos lèvres. Vous êtes exceptionnellement autorisé à faire du bruit, n’en profitez pas trop quand même !! Ressentez l’ATTAQUE, le MILIEU de bouche et la FINALE. Que cela vous procure-t-il comme sensations ? Essayez de visualiser son attitude, sa texture, comparez-le à une forme géométrique, à un textile, à une musique ou autre. Mesurez sa tenue, sa longueur et exprimez-vous avec vos propres mots.

8) Re-cra-chez… Si Si !! L’ingestion n’est d’aucune nécessité !! NB : n’hésitez pas à vous entraîner au préalable… Les dégoulinis sur le menton sont gênants pour tout le monde !! Le ressentez-vous encore en bouche ? Plus cette persistance aromatique est longue, meilleur c’est !

9) Et le PLAISIR ? Intrinsèquement lié à la dégustation pardi !! Sans plaisir, c’est la BLASE attitude.

 

Pour aller plus loin, n’hésitez pas à rejoindre le Club de dégustation de Cérès. www.ceresetc.com

 

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien